La surdité et les causes de la perte auditive

La surdité ou perte de l’acuité auditive est la diminution de la capacité à percevoir les sons. On différencie deux types de surdité (la surdité de transmission et la surdité de perception). La presbyacousie est la baisse de l’audition due au vieillissement.

Qu’est-ce que la perte d’acuité auditive ou surdité ?

La perte d’acuité auditive, appelée surdité ou hypoacousie, est la diminution de la capacité à percevoir les sons (diminution de l’ouïe). On parle aussi de baisse de l’audition. En l’absence de prise en charge, elle peut être gênante dans la vie de tous les jours.

Chez l’enfant, une surdité qui n’est pas détectée très tôt a un impact sur le développement du langage.

Chez l’adulte et la personne âgée, la baisse de l’audition conduit peu à peu à l’isolement et à la perte des stimulations essentielles pour préserver les facultés intellectuelles.

La perte d’acuité auditive peut être temporaire ou irréversible. Elle survient brutalement ou progressivement et atteint une oreille ou les deux. Elle est isolée ou s’accompagne d’autres signes : écoulement de l’oreille, vertiges, acouphènes, fièvre…

Une baisse de l’audition plus ou moins grave

Le niveau global de surdité est calculé sur l’oreille qui entend le mieux. La surdité est calculée en décibels de perte auditive. Ainsi on définit :

  • la surdité légère : de 20 à 39 décibels de perte auditive. La personne fait répéter son interlocuteur dès la perte de 30 décibels, sur les sons aigus ;
  • la surdité moyenne : de 40 à 69 décibels de perte auditive. Le niveau de 40 décibels est le premier niveau majeur de handicap. En effet, la personne ne comprend que si son interlocuteur élève la voix ;
  • la surdité sévère : de 70 à 89 décibels de perte auditive ;
  • la surdité profonde : de plus de 90 décibels de perte auditive. La personne n’entend plus du tout la parole.
Surdité et perte auditive

Hypoacousie : un problème fréquent

Plus de 10 % de la population française serait confrontée à une perte d’acuité auditive ou baisse de l’audition. Seulement 17 % des personnes atteintes ont un appareil auditif.

Un enfant sur mille naît sourd profond. À 3 ans, 3 enfants sur 1000 ont une surdité sévère ou profonde. 12 à 18 % des enfants ont une otite séreuse durable dans les cinq premières années de leur vie, otite qui peut être responsable d’une perte auditive.

Les types de surdité et leurs causes

Il existe deux types de surdité : la surdité de transmission et la surdité de perception.

Les surdités de transmission et leurs causes

La surdité provient d’un problème de transmission du signal sonore dans l’oreille externe (partie apparente de l’oreille) ou moyenne (partie située entre l’oreille externe et interne).

Les principales causes de la surdité sont :

  • une malformation congénitale de l’oreille ;
  • un blocage mécanique : présence de liquide derrière le tympan (suite à des otites à répétition ou à une otite séreuse chronique), obstruction du conduit auditif externe par un bouchon de cérumen ou un corps étranger… ;
  • des séquelles d’un traumatisme de l’oreille moyenne ;
  • une dégénérescence des osselets de l’oreille moyenne (otospongiose).

Les surdités de perception et leurs causes

Les surdités de perception sont des anomalies de la transformation du signal sonore en influx nerveux et de l’« interprétation » de ce signal par le cerveau.

Elles sont liées à des maladies de l’oreille interne, très fragile.

Les causes sont alors :

  • une surdité génétique diagnostiquée au cours du dépistage néonatal ;
  • la maladie de Ménière, due à une augmentation de la pression dans le labyrinthe, d’origine inconnue. Elle est à l’origine de crises de vertiges intenses et rotatoires, qui durent d’une vingtaine de minutes à quelques heures. Ces crises s’accompagnent de nausées et de vomissements importants, d’acouphènes et d’une perte d’acuité auditive. La maladie évolue vers des lésions chroniques du labyrinthe responsable de vertiges chroniques, de troubles de l’équilibre permanents et d’une surdité progressive ;
  • certains médicaments toxiques pour l’oreille interne (certains antibiotiques par exemple) ;
  • une exposition aux bruits intenses ;
  • un traumatisme de l’oreille interne (traumatisme direct ou traumatisme barométrique lors d’une plongée par exemple) ;
  • une cause vasculaire ou virale avec surdité unilatérale de survenue brutale ;
  • une infection de l’oreille interne par propagation d’une otite ou survenant lors des oreillons ou d’une méningite par exemple ;
  • parfois à une atteinte du nerf auditif : par exemple présence d’un neurinome de l’acoustique (tumeur bénigne) sur le nerf auditif. La surdité unilatérale est associée à une paralysie faciale ;
  • rarement à une atteinte des voies auditives du cerveau.